Fondations superficielles, semi-profondes ou profondes... Pourquoi ?

| Voir les commentaires
fondations photo résumé article

Tout projet de construction est unique, tant par sa géométrie, son nombre de niveaux, ses matériaux, que par la nature du sol sur lequel il se fonde.

En présence d’un sol déformable, les fondations peuvent subir des mouvements susceptibles d’entraîner des dommages importants sur les maisons individuelles. La déformabilité du sol sous l’effet des charges apportées peut ainsi favoriser l’apparition de fissures ou lézardes sur les murs (voir nos articles sur les tassements différentiels du sol et le retrait-gonflement des argiles).

 
Définitions :

 

Dans les normes nationales sont différenciées deux types de fondations :

  • Le terme de fondation superficielle ou semi-profonde (NF P 94-261) désigne des fondations par semelles filantes/isolées, radier ou puits dont la longueur est inférieure à 5 fois le diamètre/largeur.
  • Le terme de fondation profonde (NF P 94-262) désigne des fondations par pieux, micropieux, barrettes ou puits dont la longueur est supérieure à 5 fois le diamètre/largeur.

 

Ci-dessous, une interprétation graphique des différentes fondations :

Tableau calcul fondation Type GPH
 
 
 
Quelques exemples de systèmes de fondations adaptés au sol (exemples non exhaustifs) :

 

 

FONDATIONS SUPERFICIELLES DU TYPE SEMELLES

Présence d’arène granitique à 0,8 m de profondeur, de forte résistance dynamique

 

 

Fondation superficielles
 

 

 

FONDATIONS SUPERFICIELLES DU TYPE RADIER (cf.article de blog sur le radier)

Présence d’argile de marais dès la surface, de très faible résistance dynamique, homogène latéralement et non liquéfiable (déterminable par l’étude de liquéfaction).

Ce système permet la répartition des charges sur un terrain peu stable et d’éviter le système plus coûteux de pieux/longrines.

 

Fondation radier
 

 

 

FONDATIONS SEMI-PROFONDES DU TYPE PUITS AVEC RESEAUX DE LONGRINES

Présence du toit du rocher à profondeurs très variable au droit du projet : risque de tassements différentiels

 

Fondation semi-profonde
 

 

 

FONDATIONS PROFONDES

Ancienne carrière de 8 m de profondeur remblayée avec présence du rocher sain au-delà

 

Fondations profondes pieux2
 
 
Pour conclure …

 

Il est important de bien comprendre la problématique qui peut forcer le bureau d’étude de sol à conclure différemment de la solution traditionnelle des semelles filantes. En fonction de la solution retenue par l’étude de sol, cette dernière peux conduire à une plus-value sur les fondations mais celle-ci est nécessaire afin d’éviter un sinistre dont le coût de réparation serait beaucoup plus important que la plus-value elle-même.

Il faut savoir que la première cause de sinistralité en France avec déclaration d’assurance est due à une mauvaise adaptation des fondations vis-à-vis du sol.

 
Retour